On the roof again !

Publié le par Xiao Ke

Voici le moment de vous faire partager mes dernières heures à Shanghai.


          Mon avion décollait le jeudi 15 décembre  à 12h30. Je n’ai pas dormi de la nuit, trop occupé à (o_O) à bien tout ranger, voilà c’est ça. Comme un vrai maniaque, j’ai fait les poussières, les coins les recoins, les vitres, la cuisine, les sols, TOUT ! J’ai eu un peu plus de mal avec les traces de sang sur les murs, mais là où je passe, les tâches trépassent. Bref, je ne voulais laisser aucune trace de mon passage. Agathe attestera que chez moi c’était toujours clean. Un peu excessif parfois,  je l’avoue. Après mon départ, Ayi a dû être surprise par ce No man’s land de propreté. Pour ceux qui prendraient ce blog par la fin, une Ayi est une femme de ménage, et mon appart ressemblait à ça.

          Je n’ai pas dormi et j’ai quitté les lieux avec un gros pincement  à 6h30 au lever du jour direction  « Le toit du monde » pour contempler une dernière fois cette immense ville qu’est Shanghai. Ca faisait tout drôle de quitter l’ appart, mon tout premier chez moi, l’autonomie, l’indépendance…  j’avais partagé cet appart avec Manu pendant un mois, puis avec Fred pendant un mois et demi, le reste du temps, j’étais seul et j’ai beaucoup apprécié ces moments de solitude et les visites qui venaient les interrompre. Je me suis rappelé mes nombreux ratés en cuisine (les nouilles qui s’enflamment, la bouteille d’huile en verre qui tombe accidentellement du 22ème étage, une grande frayeur quand j’ai entendu le Splaaaaatch 5 sec après la chute), Dasha fumant ses clops par 2°C- sur le balcon, la vue incroyable, mon fauteuil à bascule dans ma chambre, j’y écrivais mes articles (éclairé par une petite lampe, la musique à fond). Et puis il y avait les nombreuses soirées DVD avec Agathe, ou plutôt soirées « débriefing » de la semaine posés dans le canap à regarder la plupart du temps des nullités (film d’horreur américain de 1983 avec des pieuvres géantes de sable, le tout avec des voix coréennes bien marrantes et des sous-titres dans un anglais douteux – « Hey Boby these animal want to die your wiffe, becare full ! » ). En fermant la porte pour la dernière fois j’ai repensé à tout ça.

Je me suis trimbalé ma valise, ma guitare, mon sac à dos jusqu’au 36ème étage de l’immeuble. Bon ok, j’ai pris l’ascenseur mais ce dernier s’arrêtait au 34ème, na ! Je me suis posé un long moment sur le toit. De jour c’est carrément différent, j’ai repensé à ce voyage, à tous les bons moments... j’avais hyper froid malgré les 3 T-shirt, les deux pulls, le sweat shirt polaire, le manteau, les deux écharpes, les 2 paires de chaussettes (vous l’aurez compris ma valise refusait d’en prendre plus, l’Hortefeux de mon voyage). J’ai fait un panorama pour vous faire partager la vue. Je suis redescendu, direction Pudong International Airport !

 

La première vidéo : On the roof again !

Si elle ne s'affiche pas, il faut cliquer ici

 

 

 

Je voulais faire une dernière chose marrante : prendre le Maglev


Wikipédia : «  Un train à sustentation magnétique est un train qui utilise les forces magnétiques pour se déplacer. Il utilise le phénomène de sustentation électromagnétique et n'est donc pas en contact avec des rails, contrairement aux trains classiques. Ce procédé permet de minimiser les frottements et d'atteindre des vitesses plus élevées : le record est de 581 km/h (obtenu en 2003), soit 6,2 km/h de plus que le record d'un train classique (574,8 km/h par une version modifiée du TGV en 2007). »


Il fait 30 km (Pudong – Pudong Airport ) en 7 min et ça coûte environ 5 euros. (je paye 5,50 € pour un allé sur Paris, 24 Km en 40min !)

 

A 12h30 je décolle, retour en France avec 1 milliard d'images dans la tête.


La seconde vidéo: Maglev et décollage.


Manu, je te dédicasse cette vidéo et le message de fin.

Si la vidéo ne s'affiche pas, un clic ici

 

 

Avant de nous quitter, quelques photos du toit du monde.

 

P1030773   P1030774   P1030777

P1030780   P1030778   P1030806

P1030793   P1030800   P1030804

 

 

Des images, il y aura que ça dans le prochain article, l'avant dernier.

 

A très bientôt

 

Xiao Ke


Publié dans La fin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article