Le bonheur des uns, le malheur des autres

Publié le par Xiao Ke

Bien le bonjour !

 

Le voici, le voilà, l’article sur l’usine.

 

Ca faisait un moment que je voulais le poster mais je préférais le faire de France.

 

P1030333 (1280x960)Alors de quoi s’agit il ? Je voulais voir à quoi ressemblait une usine de textile en Chine, autrement qu’à la télé. Il se trouve que mon amie Helena (1) travaille dans des usines. Elle est employée par une compagnie russe pour vérifier la qualité des tissus dans différentes « factory » autour de Shanghai. La compagnie commande par exemple 20 Km de tissu rouge pour fabriquer des manteaux pour le printemps 2012 et Helena contrôle la qualité des matériaux dans les usines. Elle travaille devant une énorme machine qui fait défiler le tissu, elle appuie sur un bouton rouge, les Km défilent, le compteur défile à une vitesse folle, mais les heures, elles, semblent interminables. En tout cas, elle fait économiser beaucoup d’argent à sa compagnie.

 

P1030318 (1280x960) Pour voir tout ça, je me suis fait passer pour un employé de la  compagnie russe. Lors d’un de mes jours de repos, nous sommes partis très tôt le matin avec Brigitte  direction Jiangyin, une ville industrielle située à 130 km de Shanghai. Un chauffeur est venu nous chercher dans la banlieue de Shanghai puis nous avons roulé deux bonnes heures pour arriver dans l’usine en question. Je faisais semblant de parler russe, mais de toute façon ils ne comprenaient rien du tout, même pas l’anglais, donc russe, français, congolais : la même langue pour un chinois qui ne parle que le chinois.

 


P1030317 (1280x960)Je suis arrivé dans une ville très glauque, il faisait froid, les usines crachaient leur fumée, le ciel était gris, l’air avait un arrière goût d’orthophosphate d’ammonium (2) Dans l’usine c’était pire, l’air était irrespirable à cause des teintures chimiques. Les ouvriers n’avaient bien évidemment pas de protections. Ah, parlons des teintures, elles sont rejetées dans les cours d’eau qui jouxtent l’usine. L’eau passe alors de la couleur verte à la couleur rouge, puis à la couleur bleue turquoise, moi qui aime les couleurs, fascinant ! Ce slogan n’est jamais de trop dans ce blog : « Better city, better life ».

 

P1030332--1280x960-.jpgJ’ai filmé tout ça. Brigitte a expliqué aux responsables que je devais faire quelques photos pour mon rapport à la compagnie, donc j’avais plus ou moins quartier libre. En fait, ça serait délicat pour les patrons de l’usine de dire non à un gros client… Du coup j’en ai profité pour prendre quelques photos et filmer un peu. J’ai voulu montrer l’aspect assourdissant de l’usine à défaut de pouvoir vous décrire les odeurs, les cours d’eaux polluées, la répétition des tâches, l’aliénation du travail. Bon évidemment j’avais très peu de temps pour faire tout ça, donc j’ai fais un montage avec le peu que j’avais. Je n’étais pas là pour faire le touriste mais pour soulager le pouce d’Helena en appuyant sur le fameux bouton rouge toute la journée. Chose faite !

 

P1030265 (1280x960)Ce que je n’ai pas filmé : les ouvriers.  Pas que je ne pouvais pas, mais j’avais déjà l’air con avec mon appareil à filmer les machines, c’était trop gênant pour moi et je ne voulais pas faire de problèmes. Donc pas d’images de travailleurs mais je dois quand même en parler c’est important. A la fin de la vidéo, il y une série de photos, dans l’une d’entre elles on aperçoit un groupe de femmes qui travaillent sous une espèce de petite tente. Ces dames réparent les tissus défectueux, les défauts, les petits trous, les petites tâches et cela dans le froid. A quel prix ? Dans quels conditions ? C’est important de le rappeler car la vidéo en elle-même ne le montre pas. D’ailleurs, le petit film aurait tout aussi bien pu être fait dans une usine française.

 

P1030312 (1280x960)   P1030251 (1280x960)

P1030275 (1280x960)   P1030274 (1280x960)   P1030296 (1280x960)

P1030298 (1280x960)   P1030239 (1280x960)   P1030247 (1280x960)

 

Donc les conditions :

 

7jours/7, de 7h à 21h, 5Yuans/h soit environ 2000 Yuans par mois. Avec ce salaire là, on survit et c’est tout. On ne peut pas quitter la ville, Shanghai et sa banlieue c’est trop cher. Les ouvriers ne dorment pas dans des dortoirs mais dans des petits appartements autour de l’usine. Les filles travaillent sur les tissus propres, les garçons plutôt aux teintures (première partie de la vidéo pour les garçons, seconde pour les filles). Je dis « filles » car les plus jeunes doivent avoir à peine plus de 16 ans. Pour mieux imaginer le salaire :

 

Un sac de 10 Kg de riz c’est environ 8h de travail.

Un billet de train pour aller à Shanghai c’est 25 heures de travail.

Un billet pour un parc ou un temple à Shanghai c’est 4 heures de travail.

Une bouteille de 5 litres d’eau, 3h de travail.

Le loyer, au moins 100 heures de travail.

 

Bref je pourrais continuer ainsi pendant une heure.

Un salaire de survivance, de quoi manger se lever et recommencer jusqu’à la mort. Mais "heureusement" celle-ci ne se fait pas trop désirer, les produits chimiques ont vite raison des poumons des ouvriers. C’est comme ça.

 

LA vidéo pour mieux imaginer l’atmosphère.

 

 

 

Et donc...

 

Ba oué c’est bien beau de montrer et dire tout ça et après ?

Après j’en sais rien, ça me perturbe encore, ça reste dans ma tête, ça me fait réfléchir, ça me fait relativiser sur mes conditions, ça me conforte dans l’idée que la réponse à tout ça est dans l’action. Ca réduit mon champ de passivité, je n’ai plus d’excuses et pourtant je ne suis pas militant. Au sens que les actions groupées, ça me fait parfois plus peur que l’objet des combats. Dit autrement, je n’ai pas l’esprit « groupe » mais les convictions sont là. Bref je m’égard et pire, je redeviens le Clément d’avant Chine, je me justifie…

 

Le fait est que j’avais cette envie de voir ça de mes propres yeux, être dans le réel et encore une fois,  le partager car c’était un des moments forts de ce voyage.

 

Donc merci à toi, Helena pour m’avoir fait partager un peu de ton quotidien, je suis sûr que google translate fera l’affaire pour cet article.

 

Je m’arrête là.

 

Bonnes fêtes quand même !

 

(1) Helena : Bernadette, Jue, Tatiana, Dorothé, peut importe le nom...

(2) Orthophosphate d’ammonium : Trouvé sur la liste des ingrédients de mon paquet de chips...

(3) Les photos : un clic ICI

Publié dans Découvertes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article